Ateliers pédagogiques partie 3 : ateliers jardinage avec des adolescents autistes

Publié le par Tristan YVON

Pour ce troisième et dernier article de ma série sur les ateliers pédagogiques que j'anime, je vous propose de découvrir les activités que j'ai mis en place cette année avec des adolescents de l'IME ECLAIR à Bussy Saint Georges.

Marie guide Tom pour planter des épinards.

Marie guide Tom pour planter des épinards.

Historique du projet

Je connais l'IME Eclair depuis plusieurs années via mes activités associatives dans le domaine de l'autisme, notamment avec l'association Add'autiste.
L'IME Eclair est géré par l'association AIME 77, et a pour ambition d’accueillir et d'accompagner des enfants (puis adolescents) porteur d'autisme dit "sévère", afin de leur donner toutes les chances de s’intégrer à la vie sociale et de permettre à leur famille d’avoir une vie digne et sereine. Leur dispositif exemplaire a notamment été mis en valeur par le film "Quelque chose en plus" de Sophie Robert.

Pour en savoir plus sur l'IME Eclair et son association gestionnaire, c'est par ici:

Dans le cadre d'un projet d'inclusion professionnel ambitieux, et compte tenu de mon expérience de vie auprès de personnes autistes "sévère", la direction de l'IME m'a proposé de mettre en place une activité régulière avec 3 jeunes de l'IME autour d'un potager.
L'objectif est de développer des compétences professionnelles aux jeunes, en leur faisant pratiquer les différents gestes nécessaire à l'entretien d'un potager.
 

Enjeux

Les principaux enjeux viennent des particularités des personnes autistes:
- Particularités sensorielles : contact de la terre pas toujours facile, travail en extérieur, grande diversité de textures et d'odeurs...
- Bruit : machines bruyantes potentiellement à proximité (port d'un casque anti-bruit si besoin)
- Motricité, praxie : nécessité de mettre en œuvre des gestes précis (semis, désherbage,...) et d'adopter des postures parfois difficile (travail courbé, à genoux, accroupi...)

Il fallait par ailleurs que les ateliers s'intègrent dans le planning de l'IME, mettre en place une régularité pour l'entretien (arrosage, récolte...) et former un peu les éducateurs de l'IME pas toujours très expérimentés en jardinage (mais tous heureux de pratiquer).

L'espace potager de l'IME.

L'espace potager de l'IME.

Mise en œuvre du projet

Comme à l'école Montessori de Bailly, la première étape a été la création de l'outil. La mairie de Collégiens a donc mis a disposition de l'IME une parcelle de jardin partagé, sur laquelle nous avons pu (après un petit défrichage), installer des bacs. Une dizaine de salariés d'Air France sont venus début mars nous donner un grand coup de main pour créer des bacs en palette. J'ai volontairement souhaité qu'ils soient assez surélevés, pour faciliter l'accès à la terre aux jeunes ayant des difficultés à s'accroupir. Une livraison de glaise pleine de cailloux terre végétale nous a ensuite permis de remplir les bacs, en prévision des plantations.

Création des bacs avec les volontaires d'Air France.
Création des bacs avec les volontaires d'Air France.
Création des bacs avec les volontaires d'Air France.

Création des bacs avec les volontaires d'Air France.

A un rythme d'une fois tous les 15 jours, nous avons ensuite expérimenté les différentes activités : semis de petits légumes en pleine terre, repiquage de légumes pré-germés, semis de légumes en godets, et entretien divers (éclaircissement des radis, désherbage, arrosage, ect). Nous avons également investi quelques plates-bandes autour des bâtiments de l'IME ou nous avons planté quelques arbustes fruitiers, et des massifs de fleurs.

Les jeunes ont montré un intérêt croissant pour ces activités, après une phase de découverte et d'adaptation. Ils m'ont globalement surpris par leur endurance, et n'ont pas rechigné pour effectuer des taches fatigantes sur des périodes assez longues (rouler une brouette pleine de terre notamment). 
Leur motivation dépends évidemment de leur intérêt pour la tache, un des jeunes a notamment un intérêt très fort pour l'arrosage et le fait de creuser. Il a donc été redoutablement efficace pour ces deux activités. Je lui ai notamment fait creuser des trous à la bêche pour planter des framboisiers, il a bien retenu l'enchainement de gestes nécessaire pour creuser le trou, rassembler la terre en tas à côté, planter l'arbuste puis rassembler la terre autour.

Globalement, les jeunes ont apprécié les activités répétitives, notamment les plantations de fleurs et le repiquage de légumes pré-germé à grosses mottes, ou un grand nombre d'unités étaient à planter côté à côte. La principale difficulté pour l'un deux a été la posture, l'équipe de l'IME a essayé de lui faire planter des fleurs assis sur un tabouret mais la terre étant quand même très basse, cela n'a pas été trop concluant. Cela ouvre la voie a des réflexions sur l'aménagement des zones de plantation.

Plantations des arbustes fruitiers et des fleurs.
Plantations des arbustes fruitiers et des fleurs.
Plantations des arbustes fruitiers et des fleurs.

Plantations des arbustes fruitiers et des fleurs.

Le record d'efficacité a été l'opération semis de graine en godets, ou les jeunes ont planté en un temps record différentes graines plus ou moins grosses (haricots, pois, ipomées). Cette activité était vraiment adaptée pour eux : assis confortablement à une table, répétitive et ludique. J'ai été très surpris de leur précision pour empoter des petites graines d'ipomées une par une, alors que le semis de radis dans un sillon en pleine terre n'a pas été très bien maitrisé.

Activité semis avec William et Tom.

Activité semis avec William et Tom.

Les jeunes ont fait de gros progrès dans la précision de leurs gestes lors des activités de repiquage, néanmoins les petites mottes (laitues pré-germées) et le semis de petits légumes dans des sillons sont restés très approximatif. Les jeunes ne sont par exemple pas parvenu à former un creux dans leur main pour stocker les graines de radis, et les semis n'ont donc pas été très réguliers. De la même manière, les opérations d'entretien des petits légumes (éclaircissement, désherbage ect) ont été rendues difficile par leur motricité fine et leur difficulté à distinguer les légumes des adventices...  Je ne désespère pas car les jeunes nous ont largement prouvés leurs capacités à faire des progrès.

Bilan

En terme de récoltes global, le résultat est un peu mitigé, le potager ayant produit assez peu de légumes, ce pour plusieurs raisons:
- La conception des bacs (majoritairement de dimension 60x120) n'est finalement pas optimale car ils sont très petits, et pas assez hauts pour être confortable au niveau de la posture des jeunes. Une remise à plat de la zone de travail sera sans doute effectuée pendant l'hiver, avec aussi l'objectif de mieux optimiser l'espace que la mairie nous donne.
- La terre demeure de bien piètre qualité malgré plusieurs surfaçages au terreau. Il nous faudra absolument l'améliorer.
- Mon objectif pour cette année n'était pas vraiment d'avoir une production intensive de légumes, mais d'expérimenter les différentes activités liées au jardinage avec les jeunes, pour pouvoir réfléchir a un projet régulier pour les prochaines années.

Il faut donc relativiser la faible production du potager. Mes interventions restent avant tout pédagogiques, avec l'ambition d'initier les jeunes au jardinage. De l'avis général de l'IME, les ateliers ont rempli leur objectif et ont également plu aux jeunes, ce qui est important.
Nous allons donc terminer la saison puis préparer la prochaine avec les adaptations nécessaire. En terme d'organisation, je pense leur porposer des semis réguliers de légumes dans des gros godets, qui puissent ensuite être repiqués et entretenus dans une zone de plantation adaptée. Avec l'évolution du potager, l'IME pourra aussi certainement proposer aux jeunes des ateliers cuisine, voir des ventes des excédents (légumes et semis) lors d'évènements de sensibilisation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article